Le Seigneur des anneaux (trilogie) de J.R.R. Tolkien

Le Seigneur des Anneaux! L’un des mes premiers pas dans la « vraie » littérature de fantasy ! J’ai commencé la lecture de cet ouvrage en CM1 peu avant la sortie du premier film et j’ai réussi à finir la trilogie début 6ème… Plus de deux ans de lecture avec ses hauts et ses bas. Il faut reconnaître que Tolkien est loin d’être un auteur facile.

Ayant lu les trois tomes il y a longtemps, je vais tous les aborder dans un même article.

  • Quatrième de couverture

                    Le seigneur des anneaux (trilogie) de J.R.R. Tolkien dans Baby Challenge 2013: Fantasy couv63362207                      couv28761634 dans Challenge Romans Cultes                      couv54758493 dans Derniers lus

Edition : Editions Le livre de poche 1976

Traducteur : Francis Ledoux

Dans les vertes prairies de la Comté, les Hobbits, ou Semi-hommes, vivaient en paix…
jusqu’au jour fatal où l’un d’entre eux, au cours de ses voyages, entra en possession de l’Anneau Unique aux immenses pouvoirs. Pour le reconquérir, Sauron, le seigneur ténébreux, va déchaîner toutes les forces du Mal… Frodon, le Porteur de l’Anneau, Gandalf, le magicien, et leurs intrépides compagnons réussiront-ils à écarter la menace qui pèse sur la Terre du Milieu?

  • Mon avis

Tolkien est un auteur fascinant qui a développé non pas une simple histoire mais tout un univers et c’est ça qui est vraiment incroyable pour mes petites mirettes. Soyons honnête, Tolkien sait faire rêver ! mais quand il s’agit d’utiliser des formules de style pour mettre tout ça en valeur et bien… disons juste que les ardeurs du lecteur se calment assez vite à la vue des pages qui s’accumulent vantant les différents pieds des cousins Hobbit de Bilbo et Frodon…

Mais haut-les-cœurs! car une fois que l’on s’habitue aux styles et que l’on accepte de s’ennuyer pendant quelques pages, l’œuvre reste considérable ! Alors bien sûr on peut remettre en cause la logique de l’histoire (« Mais pourquoi? Pourquoi? Pourquoi Gandalf n’a pas mené l’Anneau directement au Mordor à l’aide de ses aigles? »), mais le principe même du récit initiatique c’est de braver l’inconnu et ses obstacles. On peut pardonner ce genre de détails, et puis les aventures sont tellement palpitantes et les personnages tellement attachants que l’on en oublie ce genre de choses.

Car oui l’une des choses que j’ai le plus appréciée ce sont les personnages et notamment Aragorn. Ma scène préférée se trouve d’ailleurs au moment où il apparaît au Poney Fringant, et cela a été parfois pour moi un véritable crève-coeur de quitter son groupe pour suivre le groupe constitué de Frodon et Sam dans leurs aventures..

J’ai vu les films et lu les livres. Ce qui est magnifique c’est les deux apportent beaucoup de choses différentes. Par contre, à mon sens, je pense que c’est plus dur de lire les livres après avoir vu les films : les livres sont déjà durs à lire en soit avec toutes les descriptions « superflues » (à mon sens) mais si en plus les rares infos palpitantes sont déjà connues…

Beaucoup disent qu’il est dommage que Tom Bombadil n’apparaisse pas dans les films. C’est vrai que cela aurait été intéressant de le voir, c’est un personnage très surprenant. Toutefois, le passage que j’aurais vraiment aimé voir se trouve à la fin du troisième tome : le moment du retour des Hobbits en Comté. Je n’en dirai pas plus de peur de spoiler les personnes qui n’ont pas lu la trilogie, mais les autres me comprendront… A ce titre, autant dire que j’ai été très déçue par la version longue du troisième film. Mais vraiment très très déçue.

  • En bref

Cette trilogie a parfaitement sa place dans la catégorie « classique » au même titre que dans celle de « fantasy ». J’ai eu un débat assez âpre dernièrement avec quelqu’un qui ne connaissait de la fantasy que le titre de G.Martin. Entendons-nous bien, nous ne pouvons pas tous être des gens de qualité, passionné de Fantasy. Cela je l’admets. Mais par contre ce que je n’admets pas c’est de tenir les propos que je vais vous exposer quand on a soi-même si peu de culture Fantasy. D’après ce dernier, Tolkien n’arrive pas à la cheville de Martin : son oeuvre relève du conte enfantin, lourd, et sans profondeur (et je pèse ses mots). Une telle analyse m’a fait monter aux créneaux : sous prétexte que ces oeuvres se raccrochent toutes deux à la Fantasy, ne comparons pas cependant l’incomparable ! Tolkien est dans le merveilleux, là où Martin se perd en intrigues politiques. Les deux sont fantastiques dans leur domaine, mais ne dénaturons pas l’un du fait de l’existence de l’autre.

Ainsi, je maintiens que cette trilogie de Tolkien fait partie des classiques au titre qu’elle a inspiré plus d’un auteur et lecteur, et cela même si la tendance actuelle en fantasy a évolué.

Le Seigneur des anneaux est une oeuvre que je suis contente d’avoir lue et que je rouvre de temps en temps même si je ne pense pas que je retrouverai jamais le courage de tout relire une deuxième fois.

 

Au plaisir d’une prochaine lecture, bonne page et bon vent!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s