Le cycle des démons (Tome 1 à 4) de Peter V. Brett

Yop yop ! J’ai été énormément occupée dernièrement (et malheureusement pas assez à cause de la lecture) mais me voici de retour pour chroniquer un nouveau coup de cœur.

  • Quatrième de couverture

Edition : Editions Milady 2011

Traduction : ‎Claire Kreutzberger

Couverture Le Cycle des démons, tome 1 : L'Homme rune

Parfois, il existe de très bonnes raisons d’avoir peur du noir…
Arlen a onze ans et vit avec ses parents dans leur petite ferme. Lorsque la nuit tombe sur le monde d’Arlen, une brume étrange s’élève du sol ; une brume qui promet la mort aux idiots qui osent affronter les ténèbres, car des démons affamés émergent de ces vapeurs pour se nourrir des vivants. Quand le soleil se couche, les gens n’ont pas d’autre choix que de s’abriter derrière des protections magiques et de prier que leurs défenses tiennent jusqu’à ce que les créatures disparaissent aux premières lueurs de l’aube. Lorsque la vie d’Arlen est détruite par le fléau des démons, il s’aperçoit que c’est la peur, plus que les créatures, qui, en réalité, paralyse l’humanité. Persuadé que son monde ne se résume pas à ça, il risquera sa vie pour quitter la sécurité des runes et découvrir une autre voie.

  • Mon avis

Cela fait bien un ou deux ans que j’ai entendu parlé de ce livre sur les forums et il m’intéressait déjà grandement… et bien c’est un gros coup de cœur ! En moins d’un mois j’ai lu les quatre premiers tomes, seuls sortis pour le moment. Je vais donc chroniquer les quatre et non simplement le premier.

En soit, chaque tome est très différent. Le premier ressemble beaucoup à un récit initiatique. Les thèmes et la narration conviennent à des enfants. Dans le deuxième tome, ces derniers évoluent et deviennent de plus en plus durs jusqu’au tome 3 où tous les personnages sont concrètement des adultes « installés » à peu près au sommet de leur gloire. J’ai beaucoup aimé cette évolution qui crée une véritable identité propre à chaque tome.

Par ailleurs, j’aime le monde dans lequel on nous invite à entrer au rythme des découvertes des personnages, notamment du personnage central : Arlen. Jusqu’au bout, on sent bien qu’il reste toujours des choses à découvrir.

Ma seule peur durant la lecture a été que l’auteur fasse de certains de ses personnages des héros surpuissants frôlant avec le ridicule du « bad ass ». Je pense surtout à Arlen. Mon côté « groupie » s’enthousiaste à chaque fois que la narration revient à Arlen (car oui la narration, à la manière d’un Seigneur des anneaux ou d’un Trône de fer, alterne entre les persos). Toutefois, son côté « ténébreux » et « je-sais-tout-je-suis-trop-fort » est un peu trop poussé à mon goût. Pour autant, l’auteur fait toujours un effort louable pour nous montrer systématiquement les bons et les mauvais côtés de chaque personnage. Ainsi, le récit commence avec Arlen et se poursuit sur les personnages qu’il rencontre. Certains de ces derniers nous apparaissant comme très fortement antipathique lors des rencontres avec Arlen. Or, j’ai remarqué que plus le personnage nous est présenté comme antipathique, plus il y a de chance que la première partie du tome suivant soit consacré à son histoire, et plus particulièrement à son enfance. Dès lors, il devient dur de réellement haïr le personnage qui au final poursuit juste des intérêts différents de ceux d’Arlen.

Je ne comptais pas en dire tant sur l’écriture de l’auteur mais au final il est vrai que j’ai trouvé les romans vraiment bien construits pour cela.

Concernant plus particulièrement le fond : je ne prétends pas avoir tout lu et tout vu alors peut être que d’autres lecteurs seront en désaccords mais, pour moi, les idées soulevées  sont novatrices (notamment celle des démons qui s’élèvent chaque nuit et que l’on bloque à l’aide de runes dans un monde (peut être ?) post-apocalyptique au nôtre).

L’affrontement entre deux personnages représentant chacun une façon de penser différente est aussi très intéressante. Cependant je n’en dirai pas plus sur ce point de peur de spoiler, excepté que je trouve dommage que la préférence de l’auteur se ressent parfois (du moins moi je la ressens) et j’aurais préféré que cela soit moins le cas.

Vous l’aurez donc compris chaque tome est très différent. Je comprendrais parfaitement que quelqu’un me dise en aimer et détester un autre. De mon côté, j’en ai préféré certains (notamment le premier) à d’autres mais je n’en suis pas au point de dire que certains tomes ont été une lutte. Toutefois, j’attends avec impatience le cinquième tome (et peut être dernier) car de lui dépend un peu mon avis du quatrième tome qui est l’un des moins bon selon moi car trop en rupture. Alors qu’il y a plutôt une bonne continuité dans les trois premiers tomes, le quatrième rompt énormément : il n’est plus franchement question de démons et certains personnages sont… plus réellement eux-mêmes non plus. Je pense notamment à Leesha qui devient un personnage idiot, donneur de leçon, uniquement portée sur le cul et égoïste (à mon sens). Les choix qui sont faits dans la narration peuvent sans doute s’expliquer et se justifier mais… j’attends un certain rattrapage du quatrième tome dans le cinquième ou du moins une justification…

On peut sans nul doute trouver énormément de défauts à cette saga. Mais malgré tout, je ne sais pas trop comment l’expliquer : j’ai aimé. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas laissée porter par un récit comme ça.

 En bref

Cette une saga très bien écrite et réfléchie. Il n’y a jamais de stagnation que ce soit dans l’écriture que dans la narration. L’auteur sait attirer le lecteur dès les premières pages et le séduire pour les suivantes. Il y a énormément de moments intenses dans le récit durant lesquels j’ai lâché le livre pour réfléchir deux-trois minutes et imaginer ce qu’il pourrait se passer. Preuve pour moi que c’est un bon livre. L’auteur ne tue pas ses personnages en masse comme un certain Martin, mais il sait réellement prendre aux tripes ses lecteurs !

Je conseille donc vivement ! Par contre comme dit auparavant : le récit évolue au fur et à mesure des tomes. Lors du premier tome je m’étais dit que je pourrais conseiller ce livre à certains de mes petits cousins de moins de 12-13 ans. Toutefois, la lecture des tomes suivant m’a fait revoir mon jugement. Sans pour autant qu’il y ait de scènes gores ou de scènes sexuelles très détaillées, il y a quand même une approche de la sexualité assez débridée (d’ailleurs cela prend un peu trop de place à mon goût dans la narration…) et les affres de la guerre sont assez souvent cités.

Au plaisir d’une prochaine lecture, bonne page et bon vent !

https://i1.wp.com/amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/e2_orig.png

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s