Le garçon de Marcus Malte

Petite découverte trouvée sous le sapin…

  • Quatrième de couverture

Edition : Editions Zulma 2016

Couverture Le garçon

Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin, d’instinct. Alors commence l’épreuve du monde : la rencontre avec les hommes – les habitants d’un hameau perdu, Brabek, l’ogre des Carpates, lutteur de foire philosophe, Emma, mélomane et si vive, à la fois soeur, amante et mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’abominable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation. Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience, émaillé d’expériences tantôt tragiques, tantôt cocasses, et ponctué comme par interférences des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon est l’immense roman de la condition humaine.

  • Mon avis

Roman que je n’aurais sans doute pas acheté de moi-même (j’avoue que mes achats se bornent trop souvent seulement à de la fantasy). C’est le côté cool de Noël : découvrir des choses, notamment des livres, que l’on n’aurait pas lu autrement.

Cela dit, ce livre aurait pu simplement être rangé dans un coin et tomber dans l’oubli. Mais, cela ne fut pas le cas : à l’heure où la plupart des membres de ma famille faisaient la sieste et que je ne savais que faire en attendant, je me suis mise à survoler les premières pages… et j’ai tout de suite accroché au style dynamique de la narration.

Il ne m’a pas fallu longtemps pour le finir. J’ai énormément aimé ce roman. L’évolution du Garçon (que j’ai personnellement renommé Mowgli vers la centième page) se confrontant à l’humanité est très intéressante et très poétique dans sa narration en forme de chiasme.

Le lecteur suit ce Garçon à travers ces découvertes, et pourtant à aucun moment on ne connait le fond de sa pensée. Il est étrange de constater qu’on en sait finalement presque aussi peu sur lui que les personnes qui apprennent à le connaître. Là où nous connaissons certains événements de son passé, elles, elles connaissent son caractère, sa façon d’agir dans le présent. En effet, de lui, nous mêmes, nous ne savons que rarement comment il agit. On sait qu’il peut faire preuve d’une certaine fidélité mais aussi d’une certaine violence, mais après… Finalement, on sait juste qu’il est apprécié, volontaire, et désireux de se mêler aux hommes sans pour autant vouloir réellement leur appartenir.

On en sait bien plus au contraire sur les personnages avec lesquels il interagit. Tous sont présentés de manière brillante et complexe. La mutité du héros leur laisse d’autant plus de place pour s’exprimer et révéler leurs propres faces cachées. Je pense ici notamment à Brabek qui est de loin mon personnage préféré.

Autre point que j’ai aimé : la retranscription de l’époque. Je n’y suis pas née et je n’y ai pas vécue non plus… mais je m’y suis réellement cru à la lecture. Les réguliers rappels de faits, qui bien que pouvant sembler lourd listé ainsi, est en fait très intéressant et rajoute au caractère fragile du héros. Il est non seulement un spectateur de l’humanité éphémère et quelque peu extérieur, mais il n’est aussi qu’un grain de sable malmené parmi tous ces événements. Lire les opinions de l’époque est aussi très intéressante. J’espère pouvoir dire que l’on a quelque peu évolué depuis.

  •  En bref

Il y a très certainement énormément de chose à dire et à écrire sur ce roman. Notamment sur les métaphores, les formules etc… mais aussi sur les messages véhiculés. Mais je me contenterai pour conclure de simplement donner mon avis : c’est un très beau roman qui vaut le détour !

A mon prochain passage en librairie, je m’éloignerai sans doute quelques instants du rayon fantasy pour aller voir si le nom de Marcus Malte n’apparaît pas sur d’autres couvertures…

Au plaisir d’une prochaine lecture, bonne page et bon vent !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s